Hiroshima

 

by Michele Leonardi

 

 

IT - “Hiroshima”, dimensioni 70x60x26 cm., è stata realizzata nei giorni precedenti il 6 agosto 1995, anniversario della nota distruzione della città di Hiroshima con la bomba atomica, il 6 agosto 1945. Rappresenta un essere umano dilaniato dall’esplosione e dal vento di radiazioni ionizzanti, trasformato in un istante in un reperto fossile, ricoperto di quella stessa polvere rossiccia ferruginosa (nella scultura è polvere di mattone applicata sulla malta a fresco), che alcuni soldati americani narrano (da un articolo comparso sulla rivista Scientific American) ricoprisse tutto a Hiroshima nei giorni successivi al tragico e disumano evento.

 

 

FR - "Hiroshima", taille 70x60x26 cm, en béton armé, a été réalisée dans les jours avant le 6 d'Août 1995, anniversaire de la bien connue destruction de la ville d'Hiroshima par la bombe atomique, le jour du 6 d’Août 1945.

Elle représente un être humain déchiré par l'explosion atomique et par le vent de rayonnements ionisants, transformé en un instant dans un fossile, couvert de la même poussière rougeâtre ferrugineuse, que certains soldats américains disaient qu'elle recouvrit presque tout à Hiroshima dans les jours suivants le tragique et inhumain événement.

Vis-à-vis de la poussière rougeâtre dans la sculpture, il ne s'agit rien d'autre que de poussière de brique appliquée au mortier frais. Après quelque temps sa réalisation, j’ai découvert en lisant un article paru sur la revue Scientific American qu’effectivement, à Hiroshima, dans les jour suivants l’explosion, il y avait une poussière rougeâtre partout.

Dans ce cas, cette sculpture n’est pas née avec un’idée, un sentiment de départ bien défini, mais elle a été complètement improvisée. C'est une coïncidence pas aléatoire: lorsque j'avait terminé la sculpture, c'était le jour de l’anniversaire. Donc, au but l’idée s’est condensée à la mémoire de la souffrance, la souffrance de l'esprit des hommes et des femmes morts à Hiroshima depuis l’explosion fatale.

Je ne veux pas faire la morale à personne. Tous simplement on peut pas humilier comme-ça la matière et l'esprit!

Oui, le mal, la guerre, ils font partie de la vie, c'est le résultat du libre arbitre, au contraire nous serions tous des robots. De consequent aussi la guerre est humaine, ell’est en fait l'expression banale de la stupidité sans fin, encore une fois, humaine.

D'autres “guerres” autant cruelles s’accomplient tous les jours autour de nous, et on les voit pas. Ce sont les guerres contre l'âme, les plus pires, la destruction de l'âme par le matérialisme.

Cogito ergo sum, il dit-nous toujours René Decartres: je pense, donc je suis. Il avait fait un’autre de ses découvertes révolutionnaires: la démonstration de l'existence de l'âme.

Après quatre siècles, l’ingénieur Marco Todeschini va perfectionner cette verité: je sens, j’ai des sensations, donc je suis. Il va démontrer à travers sa Théorie des Apparences que l'âme, l'esprit, l'être, la psyché, l’ego, il sont toujour la même chose, et tout cela avec une démonstration scientifique exhaustive. Peu de gens on eu le temps de lire et comprendre son oeuvre, il préferent perdre du temps, regarder pendant leur existence des heures et des heures d’inutile publicité.

Alors si le bien le plus précieux est notre âme, nous devons la défendre des milliers de petites et grandes contradictions quotidiennes, aller au-delà et les accepeter, accepter les paradoxes et chercher de les comprendre avec l’art, avec la beauté, pour préserver enfin une plus grande cohérence: notre vrai trésor, notre mystère.

Si l'art est un’expérience, connaissance, communication, quand vous réalisez que vous êtes en train de parler à des sourds qui ne veulent pas entendre, vous comprenez qu'il est préférable de parler directement à Dieu et à l'Univers entier. L'art est par définition du sacré, l’art est la religion des religions, une prière pour la vie, ell’est comme l’amour, c'est l'infini.

 

 

 

EN - "Hiroshima", sizes 11x24x10 inches, in reinforced concrete, it has been made on the days before the August 6th 1995, in the anniversary of the famous tragic destruction in Hiroshima with an atomic bomb during the World War II, on August 6th, 1945. It represents an human being torn apart by the atomic explosion and hers ionizing radiations, in an instant transformed  into a fossil relic, covered by that the same reddish ferruginous dust (in the sculpture is a brick dust applied to fresh mortar) that some American soldiers tell (from an article in Scientific American magazine) that it covered everything in Hiroshima in the following days of the tragic and inhuman event.

 

all rights reserved © Michele Leonardi

 

 

 

 

 number of  visitors from 2012 :

                    thanks for your visit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACKNOWLEDGMENTS

Even the longest journey begins with a first step! Systemic Habitats is online since the 18th of May, 2012. This website was created to publish online my ebook "Towards another habitat" on the contemporary architecture and urbanism; later many other contents were added. For their direct or indirect very important contribution to the realisation of this website, we would like to thank: Roberto Vacca, Marco Pizzuti, Fiorenzo and Raffaella Zampieri, Antonella Todeschini, Ecaterina Bagrin, Stefania Ciocchetti, Marcello Leonardi, Joseph Davidovits, Frédéric Davidovits, Rossella Sinisi, Pasquale Cascella, Carlo Cesana, Filippo Schiavetti Arcangeli, Laura Pane, Antonio Montemiglio, Patrizia Piras, Bruno Nicola Rapisarda, Ruberto Ruberti, Marco Cicconcelli, Ezio Prato, Sveva Labriola, Rosario Fracalanza, Giacinto Sabellotti, all the Amici di Gigi, Ruth and Ricky Meghiddo, Natalie Edwards, Rafael Schmitd, Nicola Romano, Sergio Bianchi, Cesare Rocchi, Henri Bertand, Philippe Salgarolo, Paolo Piva, Norbert Trenkle, Gaetano Giuseppe Magro, Carlo Blangiforti, Mario Ludovico, Riccardo Viola, Giulio Peruzzi, and last but not least the kind Staff of 1&1. M.L.

 

 

 

 

 

         e x t e r n a l    l i n k s :